Changer de métier, oui, mais pour faire quoi !

On parle beaucoup de reconversion ces derniers temps. Les médias aiment partager de belles histoires. Monsieur X, ancien employé de grande surface qui a décidé de faire un virage à 180° pour devenir sculpteur de pierre ou encore Madame Y, ancienne cadre dans la banque qui exerce maintenant en tant que professeur des écoles. Et c’est chouette de lire des histoires comme celles-ci. Lorsque l’on est déjà dans le doute concernant son emploi actuel, quand le mot « reconversion » résonne en nous, alors ça fait du bien de voir, à travers ces récits, que oui, c’est possible. Oui mais voilà…

 

Mais pourquoi je change d’idée toutes les 48h, hein, dis, pourquoi ?

Se reconvertir oui, mais pour faire quoi ? Tu connais ce symptôme, celui où on change d’idée toutes les 48h, où on se dit du coup qu’on est totalement perdu(e), que quelque chose doit clocher chez nous car ce n’est pas possible de vouloir devenir fleuriste le lundi, ostéopathe le mercredi et toiletteur le vendredi. Tu sais quoi ? C’est tout à fait normal ! Et c’est même sain. Ca veut dire que tu as la capacité de rêver, de te projeter ailleurs. Et ça, dans la construction d’un projet professionnel c’est primordial. Il faut ouvrir le champs des possibles pour voir ce qui s’y cache derrière.

 

Pourquoi je suis attiré(e) par ce métier ?

Reprenons notre exemple. Tu vas me dire qu’entre fleuriste, ostéopathe et toiletteur, il n’y a pas de cohérence. Et pourtant… ne serait-ce pas des métiers qui demandent d’être en relation avec autrui. Quels autres points communs pourrait-on trouver à ces trois professions ? Ce sont également des métiers que l’on peut exercer à son compte. Encore un ? Ce sont des emplois qui nécessite d’être en mouvement, souvent en position debout. Bref, tu l’as compris. Il y a souvent, même très souvent, un ou plusieurs points communs entre les métiers qui t’attirent.

🎯L’objectif pour toi ? Trouver le(s)quel(s) !  ▶️ A toi de jouer !

Et puis parfois, au contraire, tu as une idée en tête. Et tu penses que c’est plus facile. Et bien tu sais quoi ? Ce n’est pas forcément vrai. Car si tu t’aperçois, pour Y ou X raisons (oui j’aime bien les X et les Y) que ton projet ne peut se réaliser, alors il faut que tu commences une étape de deuil de ce projet avant de réfléchir à une autre piste. Tant que cette étape ne sera pas franchie, tu n’arriveras pas à avancer vraiment. Et puis ce projet peut t’empêcher d’ouvrir le champs des possibles. Et ça, je le rappelle, c’est primordial dans un processus de reconversion.

 

En clair, comment je fais pour trouver une nouvelle voie ?

  • Étape 1 : être sûr(e) de soi : oui je veux me reconvertir, oui j’ai besoin de me reconvertir.

    Car la reconversion, ce n’est pas un long fleuve tranquille. 🤔Hum hum… Elle est mignonne la petite dame, mais comment je fais moi pour être sûr(e) !!!

    ➡️ Écoutes-toi ! Tu es ton/ta meilleur(e) ami(e). Et si ce n’est pas si évident pour toi, on en parle ensemble lors de l’atelier (gratuit) « Et si j’osais la reconversion »  (prochain atelier : 12 novembre, 18h – 20h)

  • Étape 2 : lâche prise ! Oui tu as le droit de te reconvertir, même si tu n’as que 6 mois d’expérience, même si tu as 55 ans, même si tu fais le métier dont tu rêvais quand tu étais petit(e).

  • Étape 3 : commence un travail sur toi. Ce que tu aimes, n’aimes pas, tes atouts, tes talents, tes freins… Et si tu ne souhaites pas faire ce travail seul, alors rejoins-nous !

 

Partagez !
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *