Reconversion : doit-on écouter ses proches ?

doit-on écouter ses proches

Non, non et encore non ! Bon ok, je vais nuancer mes propos…

Oui il est important d’écouter ses proches car :

  • ils vous connaissent
  • ils peuvent vous aider à changer de point de vue (sur vous ou sur ce qui vous entoure) ou à ouvrir vos horizons.

D’ailleurs, dans mon accompagnement, lorsque l’on évoque les traits de caractère, je demande à mes clientes d’aller se confronter au regard d’autrui et d’accepter ce qui en ressort. Et souvent, de belles surprises se révèlent. Cela peut amener des déclics et déclencher une idée de projet. Nous sommes souvent dures avec nous même. Nous avons tendance à voir nos limites avant nos qualités. Alors, imagine le bonheur que c’est d’entendre quelqu’un te donner des qualités et des talents que tu ne voyais pas ou peu. D’un coup, on se sent pousser des ailes. Rien que pour ça, écouter ses proches, ce n’est pas une mauvaise idée en soi.

 

Entendre, mais garder de la distance

MAIS (et oui il y a un grand « mais ») il faut faire le tri dans tout ce que tu vas entendre. Là je t’ai donné un exemple dans un cadre précis où l’on parle des traits de caractères d’une personne. Sorti de ce cadre, tu vas entendre divers commentaires. On va te poser des questions auxquelles soit :

  • tu n’as pas la réponse
  • tu n’as pas envie de penser maintenant
  • tu ne souhaites pas répondre.

Allez c’est cadeau, un petit florilège, rien que pour toi

« Tu es sûre de toi ? Non mais réfléchi encore… »

« On est d’accord que si dans 6 mois tu n’as pas d’idée tu reprends le taf hein ? »

«  C’est quand même dommage, tu vas repartir à 0, tu en es bien consciente ?

«  Et concrètement on va faire comment pour vivre si tu repars en formation pour 2 ans ? »

« C’est quand même risqué, moi je ne le ferais pas »

« Et dans 3 ans tu changeras encore ! »

« Vous vous prenez bien la tête franchement aujourd’hui, moi à mon époque on choisissait un métier et on ne se posait plus de question. On travaillait un point c’est tout »

« Non mais ça va passer. Là tu en as marre, mais la roue va tourner »

« Tu as pensé à tes enfants ? Comment tu vas faire si tu as des cours le soir et des devoirs à rendre ?

« Tu ne viendras pas te plaindre quand tu verras que ce n’est pas réalisable »

« Tu as passé l’âge de t’orienter non ?! »

Et c’est là que je te mets en garde. Il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce qui va t’être dit. Tu as un lire arbitre. Sers-toi en !

Garde en tête que derrière leurs remarques et leurs questionnements ce n’est ni plus ni moins leurs peurs qui ressortent et/ou une pointe de jalousie.

Je m’explique.

Tes proches ont peur pour toi car ils tiennent à toi, mais pas que. Ils verbalisent leur propre peur. Dit autrement, ils font un transfert de leur propre angoisse sur toi. S’ils étaient à ta place ils se poseraient toutes ces questions. Du coup, ils te les posent. CQFD

En parallèle, garde en tête que plus d’un français sur deux souhaitent se reconvertir (55% précisément) mais seulement 38 % saute le pas. Et toi tu l’as fait ou tu es en train de le faire ! Et dans ton entourage, il y a de forte chance qu’au moins une personne ait envie de faire de même mais n’y arrive pas, pas encore en tout cas. Et forcément, te voir toi franchir le pas, ça titille l’égo. Ca les ramène à leurs propres aspirations inassouvies. Bien sûr, ce n’est pas volontaire. C’est plus inconscient que conscient. Il n’y a pas de volonté de blesser.

 

Ne pas se laisser démotiver par tes proches

Tout cela peut te démotiver. Et c’est en ça que je te mettais en garde en te disant « non non non n’écoute pas tes proches ».

La démotivation peut se jouer à deux niveaux :

  • au moment de franchir le pas  : tu es sûre de toi, tu as pris ta décision, tu souhaites changer de job. Et là, tu entends toutes les remarques de ton entourage. Et le risque à ce moment précis c’est que tu fasses machine arrière. Tu stoppes tout.
  • lorsque tu vas annoncer ton nouveau projet : l’idéal est d’attendre que ton projet soit bien dessiné, qu’il soit quasiment validé pour toi, avant d’en parler autour de toi. Tu seras plus sûre de toi, tu auras plus d’arguments à faire valoir.

 

Que faire avec ces personnes toxiques ?

Couper les ponts. Non je rigole. Tu n’as pas besoin d’être aussi catégorique (enfin après tu fais ce que tu veux). L’idée est juste de te protéger de leurs émotions et de tes émotions, un temps donné. Donc dans un premier temps, il te faut les identifier. Oui je sais c’est logique mais un rappel ne fait jamais de mal. Deuxièmement ne pas trop parler de tes projets. Reste vague quand il te demande où tu en es, comment tu vas etc. A la question « comment tu vas, ça avance bien ta reconversion ? » tu réponds « oui tout va bien je te remercie de t’en inquiéter » ou un truc du genre. Oui, je sais, c’est mal, c’est malhonnête, mais parfois il faut apprendre à se protéger (mon petit démon clignote au dessus de ma tête). Troisièmement ne leur demande pas leur avis… même si tu en meurs d’envie 😉 Fais-toi confiance !

 

Avoir une ou plusieurs personnes ressources

Comme vu un peu plus haut, tu as donc deux pilules à faire passer : ton envie de reconversion et ton nouveau projet.

Pendant cette période de ta vie, beaucoup d’émotions se mélangent/vont se mélanger, tu es dans une situation inconfortable : l’excitation, la joie mais aussi la peur, le stress etc etc. En présentant à ton entourage ton envie de reconversion, ton nouveau projet, tu attends du soutien. Or, tu reçois leurs peurs et/ou leurs réflexions en pleine figure. Et là c’est dur. C’est pour cette raison qu’il est idéal pour ne pas dire primordial d’avoir une personne sur qui compter. Une épaule sur qui te reposer, à qui tu pourras tout dire. (Tu vois bien que l’entourage est quand même important 😉 ).

Chloé 

Partagez !

2 réactions sur “ Reconversion : doit-on écouter ses proches ? ”

  1. Ping Une reconversion à peine diplômé ? Et pourquoi pas !

  2. Ping Reconversion : pourquoi avoir une épaule à qui se confier est primordial ? - ATELIERS A'VENIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *